Outils

Nos ateliers sont des temps de fabrication collective, qui réunissent un peu ou beaucoup de monde. Ils permettent d’impliquer les parties prenantes d’un projet, de partager des points de vue différents et de co-construire ensemble des savoirs. Ce sont des moments toujours conviviaux, parfois décalés, où chacun se sent à son aise.
« La carte on peut la dessiner sur un mur, la concevoir comme une œuvre d’art, la construire comme une action politique ou comme une méditation » Deleuze & Guattari, Rhizome (1976)

Les cartographies que nous esquissons décrivent un paysage, un territoire, un système d’organisation. Représenter ce qui nous relie, au sol, aux uns aux autres, permet de comprendre le monde dans lequel on évolue. Nos cartographies peuvent être processuelles, sensibles, spatiales ou non, elles sont souvent construites à plusieurs en atelier.
Certains de nos projets donnent lieu à la production d’« éditions ». Editions photographiques, guides, films ou sites internet sont produits en ateliers et documentent les actions et terrains où elles se déroulent. Elles visent à rendre les projets et les résultats partageables dans une logique de dissémination et pour cela nous cherchons des complices pour les produire et les diffuser comme les Editions Apogée ou le webmedia KuB.
Nos événements sont des temps forts, joyeux et collectifs, pensés à plusieurs ils mobilisent des artistes. Ils nous permettent de révéler en grand format la dynamique à l’œuvre dans les projets menés et offrent des cadres de rencontres et de rassemblement.
Nos fictions s’ancrent sur les territoires et permettent d’ouvrir des espaces de possible, d’inventer de nouveaux récits pour enrichir notre perception de la réalité et agir sur le monde. Elles inventent du réel à partir du réel, nous mettent en action pour imaginer un futur commun.
Les prototypes sont des manières de tester des usages, de préfigurer des aménagements ou des activités dans des territoires en transformation. Ce sont des dispositifs légers, simples et rapides à mettre en œuvre qui travaillent la temporalité de l’aménagement (toujours trop longue pour les habitants) activent des espaces ou les signalent dans le paysage.
Nos traversées sont des marches, des déplacements à vélo ou en bateau conçus pour arpenter les territoires. Ces explorations collectives fabriquent du savoir commun, et parfois quelques ampoules. Elles permettent de comprendre l’évolution des territoires et de projeter leur avenir. Ce sont aussi des moments collectifs très forts qui soudent des groupes à travers l’expérience partagée au gré du cheminement.

Les traversées ont été conçues avec Léa Muller, Itinérances et Guénolé Jézéquel. Elles s’inscrivent dans une tradition de la marche, d’un rapport entre corps, paysage et temps, qui prend ses racines dans des pratiques ancestrales et inspire de nombreux artistes et collectifs marcheurs, notamment le Voyage métropolitain.
Nous menons des études qui portent sur des enjeux d’art dans l’espace public et d’urbanisme culturel. Ces études enrichissent nos commanditaires à travers la documentation et le partage d’expérience, elles visent à définir avec eux des cadres d’actions et de mise en oeuvre. C’est un moyen de partager notre connaissance fine de la commande publique pour des projets souvent hybrides qui nécessitent du sur-mesure.